Luanna Mobetie - Témoignages et avis - Isifa Plus Values
pexels-felipe-cespedes-3029699

LUANNA MOBETIE, BTS Professions Immobilières

19 ans, Consultante en Location, PARIS OUEST

Pouvez-vous nous décrire votre parcours scolaire et ce qui vous a amenée à poursuivre un BTS en Professions Immobilières chez Isifa Plus Values ?

Alors… Je suis issue d’un bac STMG option marketing. J’étais déjà intéressée par l’immobilier, mais je n’ai pas été acceptée par l’école que je ciblais sur Parcoursup. En faisant des recherches sur internet, j’ai trouvé ISIFA Plus Values. L’une de mes amies avait déjà entamé la procédure d’inscription et effectué son premier entretien ; elle m’a dit que ça s’était bien passé et que l’équipe était plutôt aimable. Il y a aussi la localisation. Le campus est littéralement en face de chez moi ; je me suis dit que c’était parfait.

J’ai donc passé une demande d’inscription et les procédures se sont faites assez rapidement. J’étais accompagnée par Alexandre Huré, initialement, qui est devenu mon conseiller en formation à la fois en première et deuxième année.

 

D’après vous, quels ont été les avantages à choisir un BTS plutôt qu’un autre diplôme ?  

Au début, j’avais l’intention d’intégrer directement un Bachelor en Immobilier, puis j’ai changé d’avis. Je me suis dit que je ne savais pas comment ça allait se passer et que j’allais me retrouver coincée dans un cursus qui ne me plairait peut-être pas. C’était un peu inquiétant et j’ai pensé que poursuivre un BTS serait une valeur sûre avec un engagement plus court. Finalement, ça s’est bien passé !

En comparant avec mes amis, qui sont en licence ou même en DUT, j’ai également eu l’impression que la charge de travail était moins importante. Le BTS se fait finalement dans la continuité du lycée ; il y a beaucoup de similarités et on n’est pas vraiment déstabilisés. On entre dans le monde professionnel, donc on y est évidemment moins accompagné, moins suivi, mais ce format de diplôme est intéressant pour ceux qui appréhendent les études supérieures. En faculté ou dans les grandes écoles de commerce, ce n’est plus du tout le même environnement. En BTS, on retrouve plus facilement nos marques à l’issue du bac.

 

Considérez-vous que le cursus d’Isifa Plus Values a bien répondu à vos attentes ?

Oui, je ne regrette pas d’avoir intégré l’école. Ce qui est bien avec Isifa Plus Values, c’est d’avoir des conseillers qui nous accompagnent, prennent le temps de nous écouter et nous transmettent toutes les informations pertinentes de notre formation. Après les périodes de rentrée scolaire, ils sont moins présents, ce qui ne m’a personnellement pas dérangé, mais leur soutien est vraiment précieux.

 

Quels sont les formateurs, formatrices ou les matières qui vous ont le plus apporté, professionnellement, au cours de votre formation ?

Même si ce ne sont pas des formateurs, je tiens encore à remercier Alexandre Huré, et surtout Sofia Lamart, ma deuxième conseillère en formation au sein de la filière des Professions Immobilières. Son accompagnement m’a beaucoup apporté et j’aurais probablement abandonné mon diplôme sans le soutien de Sofia. Les conseillers essaient sincèrement de nous cerner et de nous proposer des solutions qui correspondent à notre profil.

En ce qui concerne les enseignants, j’appréciais beaucoup notre professeur de transaction immobilière, M. Morteza Ghandehari, qui nous a apporté une formation très complète et bien préparé aux aléas du métier. Il gère plusieurs agences à Paris et possède donc une grande expérience professionnelle dont il nous a fait bénéficier. Il y a également mon professeur de gestion, M. Serge Ahmed. Il a fait preuve de beaucoup de patience avec notre classe et ne nous a jamais lâché, même si ça n’a pas toujours été facile. Ces deux formateurs sont à l’écoute, se rendent disponibles et sont toujours de bon conseil.    

 

Avez-vous pris la décision de poursuivre vos études au-delà du BTS ? Si oui, lesquelles et pourquoi ?

Oui, j’ai prévu de poursuivre mon cursus avec un Bachelor en Immobilier, toujours sur le campus de Paris Ouest, auprès d’IPAC Bachelor Factory. Je ne me voyais pas faire autre chose qu’un bachelor ; la licence est moins intéressante au sein des professions immobilières. Par la suite, je pense m’arrêter là pour le moment et entrer dans la vie active.

J’ai été tentée de me tourner vers un diplôme en évènementiel, mais finalement je préfère aller jusqu’au bout du parcours que j’ai commencé et obtenir mon Bac +3, quitte à me rediriger vers un autre secteur dans quelques années.

 

Auprès de quelle entreprise travaillez-vous en alternance et comment avez-vous réussi à décrocher votre contrat ?  

Je suis actuellement en poste à l’Immobilière du Parc, dans le 19e arrondissement : une petite agence indépendante avec une équipe de 4 personnes. J’ai décroché ce contrat par le biais d’une amie, dont le père a quelques contacts dans l’immobilier. L’un d’entre eux m’a recommandée auprès de l’agence et j’ai rapidement obtenu un entretien.

 

Quels sont les éléments qui ont fait la différence dans le cadre de votre accompagnement ?

En ce qui me concerne, les conseillers en formation ont surtout été présents au cours de mon intégration. Je n’ai heureusement pas eu de problèmes particuliers durant ma scolarité, donc je n’ai pas eu besoin de les solliciter très souvent. Malgré tout, ils se sont toujours rendus disponibles. Ils venaient vers moi spontanément, de façon régulière, pour prendre des nouvelles et s’assurer que tout se passait bien au sein de mon alternance. C’est quelque chose que j’appréciais beaucoup !

 

Recommanderiez-vous le BTS Professions Immobilières à votre entourage ?

Oui, j’ai beaucoup apprécié mes deux années chez ISIFA Plus Values ; ça s’est très bien passé. En revanche, il faut être sûr de vouloir poursuivre une carrière dans l’immobilier. Au cours de ma formation, plusieurs étudiants ont abandonné en cours de route. C’est un secteur qui donne une fausse impression, vu de l’extérieur, et qui requiert un certain type de personnalité pour réussir. Tout repose sur un esprit commercial et de bonnes capacités relationnelles. Sans ça, on n’obtiendra pas de résultats et ce sera vite décourageant…

 

Rejoignez-nous